L'ENSEMBLE MAGNÉTIS est né du désir de partager avec enthousiasme et simplicité les richesses de la musique classique, et a pour ambition de créer un nouveau lien avec le public, une nouvelle écoute.

En effet, en dehors du cercle des habitués de la vie culturelle et des concerts, certaines personnes ont parfois peur de cette musique : peur de s'ennuyer ou de ne pas être à la hauteur de ces œuvres, de ne pas les comprendre... Pourtant, les grandes œuvres s'adressent à tous, et il n'est pas besoin d'être un mélomane averti pour en retirer des jouissances émotionnelles et intellectuelles dont on ne se serait peut-être pas cru capable. Encore faut-il que leur accès ne soit pas barré par une réputation d'élitisme, ou des tarifs trop élevés, qui découragent bien souvent tout effort d'aller vers elles. Il faut également être conscient que nous sommes en permanence entourés d’images, de musiques et de toutes sortes de sollicitations sensorielles, et qu’il n’est donc pas toujours facile de passer d’une écoute relativement indifférente à une écoute enrichissante. Comment faire en sorte qu’en partant de la réalité de notre environnement culturel, le concert soit une expérience profonde et marquante ?

Encouragé lors de nos concerts par l’accueil d’un public extrêmement varié (connaisseurs et néophytes, aussi bien agriculteurs que lycéens, ou encore enseignants…) et fidèle, il me semble intéressant de développer ce nouveau lien avec les spectateurs en donnant un cadre émotionnel aux œuvres. Il ne s’agit pas d’une simple présentation informative ou de la transmission d’un savoir sur les œuvres, mais, à travers l’explication enthousiaste de leurs enjeux artistiques et leur mise en résonance avec les autres arts, la philosophie ou bien encore les problèmes passionnants que pose l’interprétation, de l’élaboration d’une atmosphère d’attente et d’affection susceptible de leur donner le plus grand impact possible. Une sorte d’écrin. Ce discours sur les œuvres fait déjà partie de l’interprétation, comme l’accrochage des tableaux dans une exposition est déjà pour le peintre l’occasion d’exprimer un point de vue sur ses œuvres qui en déterminera en partie la réception. Il peut être plus ou moins long, chargé d’émotion, plus ou moins intellectuel, poétique, humoristique…, en fonction des programmes, des lieux, de la réaction du public..., mais jamais neutre. Il s’agit donc d’un acte de création - d’improvisation la plupart du temps - qui n’est pas entièrement prédéterminé même s’il est très préparé en amont. Il permet de mettre les artistes et le public dans le même état émotionnel d’ouverture aux œuvres, et d’en goûter ensemble toute l’intensité.

C'est l'objectif de L'ENSEMBLE MAGNETIS qui regroupe des musiciens aussi talentueux que généreux pour qui le bonheur de faire de la musique ne vaut que s'il est partagé. Il est en effet constitué de musiciens passionnés, issus des plus grandes institutions musicales européennes (Conservatoire de Paris, Royal College of music de Londres, Musikhochschule de Cologne...), et jouant aussi bien dans des formations symphoniques traditionnelles (Orchestre de Paris, Orchestre philharmonique de Radio France...) que dans des ensembles sur instruments anciens (Ensemble Matheus, La Chambre philharmonique...). Cette riche palette d'intérêts artistiques et stylistiques, ainsi que sa grande flexibilité lui permettent d'aborder tous les types de répertoire, de l'époque baroque à nos jours, et de se lancer dans les projets artistiques les plus variés.

L'Ensemble Magnétis est en résidence au Trident, Scène nationale de Cherbourg-en-Cotentin.

Les artistes musiciens qui ont collaboré aux concerts de l'Ensemble Magnétis depuis sa création :

Violons : Julien Churin, Guillaume Roger, David Bahon, Laure Boissinot, Philippe Huynh, César Guigue, Angélique Debay, Kledis Rexho, Anne-Lise Durantel, Nadim Garfi

Altos : Cédric Lebonnois, Lionel Feutriez, Sharon Wei

Violoncelles : Geneviève Koerver, Flora Camuzet, Yoori Lee, Timothée Marcel

Contrebasses : Mathieu Serrano, Marie-Amélie Clément, Agustin Orcha

Clavecins : Mathieu Dupouy, Brice Sailly

Théorbe, Archiluth : Mauricio Buraglia, Benjamin Narvey

Mezzo-Soprano : Alice Ferrière

01 - Franz Schubert "Erlkönig" - arrangement Sébastien Bouveyron

02 - Antonio Vivaldi, Sinfonia "Al santo sepolcro", RV 169