Gould

"HOMMAGE À GLENN GOULD"

« L’objectif de l’art n’est pas le déclenchement d’une sécrétion momentanée d’adrénaline, mais la construction progressive, sur la durée d’une vie entière, d’un état d’émerveillement et de sérénité. »

« The purpose of art is not the release of a momentary ejection of adrenaline but rather the gradual, lifelong construction of a state of wonder and serenity. »

Glenn Gould

 

Artiste de génie au style reconnaissable entre tous, Glenn Gould nous a laissé non seulement des enregistrements légendaires de Bach, Beethoven ou encore Schoenberg…, mais également un magnifique quatuor à cordes ainsi que des écrits et des documentaires radiophoniques et télévisés parfois très expérimentaux, toujours extrêmement enrichissants et porteurs d’une réflexion profonde et féconde sur l’art, l’interprétation et le partage, reflets d’une humanité rare. Glenn Gould est un exemple extrêmement précieux de fidélité à un idéal artistique et humain, toujours autant à contre-courant des idées dominantes sur la manière de faire de la musique et de la partager, sur le répertoire ou encore l’enseignement… C’est cette idée de résistance créatrice et jubilatoire qui sera mise en avant lors de ce concert.

Ce concert présenté par Sébastien Bouveyron s’articulera autour d’œuvres chères à Glenn Gould : son Quatuor op. 1, les contrepoints 1 et 4 de L’Art de la fugue de Bach (transposés pour quatuor à cordes) et La nuit transfigurée de Schoenberg dans sa version originale pour sextuor à cordes. Ces œuvres seront mises en perspective à partir des réflexions passionnantes de Glenn Gould sur l’art, l’interprétation et la création.

Ce projet est donc un hommage à l’homme, au penseur et à l’artiste qui, avec un enthousiasme et une générosité hors du commun, a su mettre à la disposition du plus grand nombre un monde d’une richesse et d’une singularité toujours aussi vivifiantes.

Programme musical :

 

Johann Sebastian BACH (1685 – 1750) : Art de la fugue, BWV 1080

(fugues 1 et 4)

 

Glenn GOULD (1932 – 1982) :

Quatuor à cordes, op. 1

 

ENTRACTE

 

Arnold SCHOENBERG (1874 – 1951) : La nuit transfigurée, op. 4

Document de présentation à télécharger :